La Poste aux Chevaux

Dès la fin du 15ème siècle, certaines voies de grandes communications sont « mises en poste », c'est-à-dire pourvues de relais, implantés de distance en distance, pour accélérer la vitesse de déplacement à cheval. Les Relais de Poste sont dirigés par un Maître de Poste appelé à l’origine Poste ou Tenant Poste pour le Roi ou Chevaucheur de l’écurie du Roi. Il tient sa fonction d’un brevet du Roi.

Au départ, la Poste aux Chevaux est la poste du Roi. Le Chevaucheur transporte les correspondances royales au galop et change de monture à chaque relais. La Guide ou Postillon accompagne le courrier et ramène le cheval au pas à son relais d’origine.


La Poste aux Lettres

En 1630, la poste aux lettres est créée. Le galop du cheval de poste est mis à disposition du public pour acheminer les correspondances.

Le cheval robuste qui porte la malle est le Mallier. Le trafic postal augmente aux 17ème et 18ème siècle jusqu’à la création de la Brouette, voiture à deux roues.


Les Malles-poste

C’est le 1er mai 1793 qu’est créée une régie commune pour la gestion des postes et messageries. Les malles-poste sont de nouvelles voitures qui peuvent transporter une malle et quelques voyageurs (de 1 à 4). Elles parcourent de 10 à 12 km par heure.


Les Diligences

Depuis la fin du 18ème siècle, les diligences sont utilisées pour le transport des voyageurs. Elles sont exploitées par des messageries d’état ou privées. Elles peuvent utiliser des chevaux de poste et s’arrêter dans des relais. Elles ont jusque trois compartiments.


La Poste aux Chevaux des Ormes

Le Relais des Ormes se trouve sur la route Paris-Bordeaux, la route d'Espagne, dont le tracé a été révisé en 1752 alors que le Comte d'Argenson propriétaire de la baronnie des Ormes, Secrétaire d’État à la Guerre était aussi Grand Maître et Surintendant des Postes de Louis XV de 1744 à 1757. Sa construction semble dater de 1752, peut-être comme haras du château. La Poste aux Chevaux s'installe en juin 1764 dans les magnifiques bâtiments, construits par le Comte d’Argenson, que nous connaissons aujourd'hui.

On trouve Messieurs de la Tremblaye, Vivenot puis Marquet, Maîtres de Poste depuis 1783 jusqu’au XIXème siècle. En 1824, François Marquet, Maître de la Poste aux Chevaux des Ormes depuis 1811, rachète le bâtiment à Marc René Marie Voyer d'Argenson. Les Relais de Poste vont disparaître avec le développement des lignes de chemin de fer. En 1851, la ligne de chemin de fer Paris-Bordeaux est inaugurée.

Le 31 mai 1873, les Relais de Poste aux Chevaux sont officiellement supprimés.

Les bâtiments de la Poste aux Chevaux des Ormes forment un vaste quadrilatère autour d'une cour avec bassin aux dimensions exceptionnelles. Les longs bâtiments où se mêlent une décoration sobre mais élégante d'arcatures en tuffeau et de parements en moellons enduits sont identiques deux à deux (nord-sud et est-ouest). Un magnifique portail s'ouvre sur la N10. A l'opposé, un autre portail conduit à un manège recouvert d'une voûte  lambrissée, percée d’un oculus destiné à la descente du fourrage pour les chevaux. De part et d’autre, il est  flanqué de deux écuries. Au milieu de la cour, le vaste bassin ou pédiluve est destiné au rafraîchissement et au bain des chevaux.

Le Relais de Postes aux Chevaux des Ormes appartient à Monsieur et Madame de Logivière, descendants de la famille de François Marquet le dernier maître de poste.

Il est classé Monument Historique depuis 1994.


La Poste aux Chevaux des Ormes est ouverte à la visite individuelle et aux groupes (sur réservation)

Tous les jours sauf le mardi, du 19 juillet au 18 août 2017 et du 1 septembre au 17 septembre 2017

de 11 Heures à 17 Heures

Tarif : 3 €, Gratuit pour les moins de 18 ans, les chômeurs et les handicapés

Sur demande, des visites peuvent être organisées pour des groupes en dehors de ces dates

Dans ce Relais, l’Association « La Poste aux Chevaux des Ormes » organise régulièrement diverses manifestations culturelles : Conférences, Concerts, Pièces de Théâtre, Expositions…