Le monument

Histoire de la Poste

Au départ, la Poste aux Chevaux est la poste du Roi. Dès la fin du 15ème siècle, certaines voies de grandes communications sont « mises en poste », c’est-à-dire pourvues de relais, pour accélérer la vitesse de déplacement à cheval.

Les Relais de Poste sont dirigés par un Maître de Poste appelé à l’origine Poste ou Tenant Poste pour le Roi ou Chevaucheur de l’écurie du Roi. Le Chevaucheur transporte les correspondances royales au galop et change de monture à chaque relais. La Guide ou Postillon accompagne le courrier et ramène le cheval au pas à son relais d’origine.

Les Relais de Poste vont disparaître avec le développement des lignes de chemin de fer. En 1851, la ligne de chemin de fer Paris-Bordeaux est inaugurée. Le 31 mai 1873, les Relais de Poste aux Chevaux sont officiellement supprimés.

Le relais des Ormes

Le Relais des Ormes se trouve sur l’axe Paris-Bordeaux, la route d’Espagne, dont le tracé a été révisé en 1752 alors que le Comte d’Argenson propriétaire de la baronnie des Ormes, Secrétaire d’État à la Guerre était aussi Grand Maître et Surintendant des Postes de Louis XV. Sa construction semble dater de 1752, peut-être comme haras du château.

Les bâtiments, identiques deux à deux, forment un vaste quadrilatère d’environ 70 mètres de côté autour d’une cour avec un bassin destiné au rafraîchissement et au bain des chevaux. La décoration se compose d’arcatures en tuffeau et de parements en moellons enduits. Un premier portail s’ouvre sur la N10 et un second conduit à un manège recouvert d’une voûte lambrissée et percée d’un oculus pour la descente du fourrage. Il est flanqué de deux écuries de part et d’autre.

Le Relais de Poste aux Chevaux des Ormes appartient aujourd’hui à Monsieur et Madame de Logivière, descendants de François Marquet.

Classé Monument Historique depuis 1994, il est ouverte à la visite individuelle et aux groupes (sur réservation) une partie de l’année.

Le monument est également ouvert gratuitement à la visite lors des Journées du Patrimoine.

Le frontont extérieur, témoin de la première vie du bâtiment.

Le pédiluve récupérait les eaux de pluie pour rafraîchir les pieds des chevaux.

L’ancien manège et les écuries accueillent les expositions.

SONY DSC

Les arches en rez-de-chaussée des bâtiments se conjuguent avec le jardin.

Le pédiluve en pierres

Le pédiluve au centre de la cour fermée par quatre bâtiments.

Un lieu magnifique : une Poste aux chevaux du XVIIIe siècle parfaitement entretenue. Tous les ans se déroule, en mai et juillet, un festival de musique de chambre où le meilleurs interprètes s’y donnent rendez-vous. L’acoustique de la grange est extraordinaire et l’atmosphère magique. Vraiment, un lieu incontournable à voir au moins une fois dans sa vie. – François L. / Facebook

Soutenez un lieu d’exception

La Poste aux Chevaux, classé monument historique, fait l’objet de travaux pour sa conservation depuis plus de 10 ans, en concertation avec la DRAC et avec l’assistance d’un architecte du patrimoine. Pour aider à cette restauration, nous avons passé une convention de mécénat avec la Demeure Historique. Celle-ci autorise le concours financier de mécènes.